Sections

Une soixantaine d'employés au chômage à Saint-André-Avellin

Publié le 11 avril 2017

Plusieurs facteurs expliquent la fermeture indéterminée des Viandes de la Petite-Nation.

©Photo TC Media - Jessy Laflamme

ÉCONOMIE. Les Viandes de la Petite-Nation, un abattoir situé à Saint-André-Avellin, ferment ses portes de façon temporaire.

Une soixantaine d'employés se retrouvent ainsi au chômage pour une période indéterminée. Le manque de volume d'abattage est la cause de cette fermeture. «L'entreprise n'est pas en faillite, explique  Denis Ferrer de cette entreprise. La nouvelle réglementation canadienne et le fait que nous ne pouvons plus abattre les chevaux de provenance américaine sont quelques facteurs qui nous amènent un manque à gagner. C'est un concours de circonstances.»

L'entreprise n'est pas en faillite.    

-Denis Ferrer

Étant aussi propriétaire des Cerfs de Boileau, l'entreprise aura besoin d'un endroit pour abattre les cerfs à l'automne. «Soit que nous nous servirons de l'abattoir ou nous devrons trouver une autre solution», indique M. Ferrer.

Le but de l'entreprise est de doubler leur cheptel des Cerfs de Boileau d'ici quelques années. Pour l'instant, 1200 cerfs sont amenés à l'abattage. L'objectif est de grimper ce chiffre à 2400 d'ici quelques années. Pour ce faire, moins de femelles seront transportées à l'abattoir cette année afin qu'elles se reproduisent. «Le cerf ne produit qu'un petit par année, souligne M. Ferrer. On ne peut pas aller plus vite que la reproduction des bêtes. Le processus pour grossir le troupeau est donc assez long.»