Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

11 janvier 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Une pouponnière pour les aînés de l’hôpital de Papineau

Pouponnière

©gracieuseté

Depuis le mois de novembre, les personnes âgées résidant à l’hôpital de Buckingham ont accès à une pouponnière où elles peuvent s’occuper de poupées ressemblant à des vrais bébés.

Ce projet a été mis en place par Arlène Blais, éducatrice spécialisée du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais. «L’an passé, j’ai assisté à un atelier quand j’ai été à un symposium où ils avaient vraiment recréé une pouponnière. Alors on s’est dit: pourquoi pas en faire une aussi chez nous et en faire bénéficier nos résidents.»

Déjà, l’hôpital utilisait la technique de la poupée comme concept thérapeutique pour les personnes âgées. «Quand les personnes viennent agiter, on prend une poupée et ça les calme», explique Mme Blais.

L’ajout d’une pouponnière pousse donc ce concept encore plus loin. «C’est beau de les voir aller. Ça les calme. Ils se sentent utiles quand ils prennent le bébé dans leur bras.»

La pouponnière a été installée dans l’aire de vie et peut donc être utilisée à tout moment par les résidents. L’objectif est de permettre aux personnes âgées de s’occuper de la poupée comme si c’était un enfant. «L’instinct maternel revient vite, affirme Arlène Blais. Il y en a beaucoup qui vont juste les cajoler. Ça les calme. Le fait d’avoir ça dans leur main, ça leur rappelle beaucoup de souvenirs.»

Même si l’installation de la pouponnière est encore récente, elle a déjà fait beaucoup d’adeptes. «C’est utilisé beaucoup. J’arrive le matin et on voit tout de suite que les gens ont été fouillés là-dedans. Les couvertes sont sorties.»

Poussette

Cinq poupées spéciales sont disponibles. Il s’agit de poupées qui ressemblent vraiment à des enfants et commandées spécialement dans ce but. C’est grâce à une aide financière du Club Lions que ce projet a pu se réaliser.

En plus des poupées, les résidents ont accès à plusieurs accessoires comme des vêtements, des couches, une table à langer et une bassinette. Plusieurs de ces articles sont des dons du public, souligne Mme Blais.

La prochaine étape pour l’instigatrice est de pouvoir ajouter une poussette dans le lot. Mais pas n’importe quelle poussette. «Mon prochain geste serait d’ajouter un ancien carrosse avec les grosses roues en métal. Je suis en train de faire des recherches pour ça.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média