Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 janvier 2020

Alex Proteau - aproteau@lexismedia.ca

À grandir ensemble: l’appel à la mobilisation riponnais

Agrandissement de l'école primaire Saint-Coeur-de-Marie

Mobilisation Ripon

©Alex Proteau - La Petite-Nation

Élus municipaux, enfants, membres de la CSCV étaient réunis le 20 décembre pour le lancement de la mobilisation de l’école Saint-Cœur-de-Marie à Ripon

La municipalité de Ripon, l’école Saint-Cœur-de-Marie de Ripon et la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées (CSCV), lance À grandir ensemble, une campagne de mobilisation pour l’agrandissement souhaitée de l’école primaire Saint-Cœur-de-Marie.

Petit gymnase, vestiaire dans la cafétéria et manque de bureaux pour des services de l’école tels l’orthophonie: telles sont les raisons les motivant à faire cette demande.

Celle-ci, envoyée par la CSCV au gouvernement provincial, consiste à obtenir quatre nouvelles classes.

156 élèves étudient à l’école primaire construite pour en accueillir un maximum de 134. L’accroissement de la population dans la municipalité fait en sorte, qu’au cours des dernières années, quelques enfants riponnais ou montpelliérois commencent leur cheminement scolaire à l’école Providence/JM Robert à Saint-André-Avellin. La directrice de l’école Saint-Cœur-de-Marie, Manon Pagé, souhaite que les enfants puissent faire leur parcours dans la même municipalité.

«Le sentiment d’appartenance est vraiment fort[…]Ces enfants-là, qui grandissent ensemble et, une fois qu’ils vont au préscolaire et sont prêts à rentrer à l’école, ont hâte. Ils sont allés au CPE ici jusqu’à l’âge de quatre ans et après ça, ils se font séparer de leur ami.»

Les différents acteurs de la demande ont dévoilé leur vidéo promotionnelle et un macaron. Leur but: sensibiliser le gouvernement Legault aux besoins de l’établissement scolaire.


 

«À l’école Saint-Cœur-de-Marie, ça fait longtemps qu’on a compris que ça prend un village pour éduquer un enfant», lance la directrice.

École alternative publique

Concernant le projet d’école alternative publique de la Petite-Nation, le comité fondateur avait affirmé, lors d’une séance d’informations en décembre, son désir d’avoir des locaux à l’école primaire de Ripon si elle obtient l’agrandissement souhaité. «C’est une idée qui a été mentionnée[…]Est-ce que, à ça, il va se greffer une classe pour l’école alternative? Je ne peux pas m’avancer. C’est une décision de la commission scolaire», conclut-elle.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média