Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

26 novembre 2019

Alex Proteau - aproteau@lexismedia.ca

Arbitrer à l’international, un rêve maintenant réalité pour Jessica Chartrand

Hockey, arbitre, juge de ligne

Jessica arbitre canton

©Courtoisie

Jessica Chartrand lors de son passage en Russie

La carrière d’arbitre de la native de canton de Lochaber Jessica Chartrand a atteint un autre sommet il y a trois semaines. La jeune adulte âgée de 25 ans revient récemment du Manitoba pour le Championnat national de hockey féminin des moins de 18 ans où elle a eu la chance d’arbitrer.

«Pour moi, c’est une surprise d’arbitrer à ce niveau-là. C’est très rapide, ce sont les meilleures joueuses de moins de 18 ans au pays», mentionne-t-elle.

Cette passion pour le métier du chandail zébré s’est développée avec le temps. «J’ai joué au hockey toute ma jeunesse dans la Petite-Nation. J’ai voulu garder cette passion-là alors je me suis mis à l’arbitrage. Au début, je faisais beaucoup de matchs à Saint-André-Avellin, Thurso, Buckingham et, etc. J’ai été participer à un événement aux Jeux du Québec et j’ai eu une visibilité au niveau de l’élite provinciale», raconte-t-elle.

Cela l'a amené l’an dernier à être juge de ligne pour le Championnat du monde en Russie et en Chine dans le cadre de rencontres hors-concours entre la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) et l’équipe nationale chinoise.

À l'extérieur

Jessica Chartrand Arbitre

©Courtoisie - La Petite-Nation

Jessica Chartrand en uniforme lors du Championnat national féminin des moins de 18 ans au Manitoba

Il y a moins de trois semaines, sa récente expérience au Manitoba en tant qu’arbitre et non juge de ligne était pour elle une belle «promotion. J’ai compétitionné avec des filles qui ont beaucoup de talents et qui viennent de partout. C’était vraiment plaisant», indique-t-elle.

Selon elle, huit arbitres du Québec possèdent leur licence IIHF (International ice hockey federation) leur permettant de pouvoir arbitrer les joutes à l’international. Elle est la seule représentante féminine en Outaouais à l’avoir.

Contrairement à certains hommes, les femmes ne peuvent vivre de cette passion. Avec la fermeture de la LCHF, les joutes sont moins nombreuses. «C’est vraiment plus une passion. Ça me permet de voyager, d’être avec d’autres gens, de me faire des amis partout au Canada et dans le monde», indique Jessica, également agente aux accommodations et à la sécurité pour le ministère des Femmes et Égalité de genre Canada.

Avec quelques destinations à son actif, Jessica vise un objectif: les Jeux olympiques. Présentement, celle-ci possède une cote de «B» au niveau de l’IIHF, cote déterminée par son rendement en compétition internationale.

Pour les prochaines semaines, Jessica continuera de jongler entre ses deux boulots. Sa prochaine expérience internationale sera à Lausanne en Suisse en janvier 2020.

 

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média