Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

20 novembre 2019

Alex Proteau - aproteau@lexismedia.ca

Une Avellinoise couronnée championne de l’entrepreneuriat étudiant en France

Entrepreneuriat, Saint-André-Avellin

Noémie Lavigne

©Courtoisie - La Petite-Nation

Noémie Lavigne (deuxième à partir de la gauche) avec ses comparses du Club Entrepreneurial Étudiant du Cégep de l'Outaouais

La native et résidente de Saint-André-Avellin Noémie Lavigne a remporté avec le Club Entrepreneurial Étudiant du Cégep de l'Outaouais (CEÉCO), le grand prix du Challenge francophone, qui se déroulait à Limoges, en France, le mois dernier.

Le Challenge francophone est un concours unique de création d’entreprises fictives ou réelles en français destiné à des équipes de jeunes francophones âgés de 17 à 23 ans.

Leur projet, T.R.A.S.H Coop, est un projet fictif qui leur permet de faire le maillage entre deux entreprises.

«Ça peut être pour n’importe quoi. Par exemple, ça peut être une entreprise pharmaceutique qui veut se débarrasser de ses boîtes en carton en la vendant à une entreprise de déménagement. C’est vraiment de mettre en relation deux entreprises, une qui va payer des frais d’enfouissement et l’une qui va payer des frais d’acquisition pour du nouveau matériel, tout en diminuant les coûts en utilisant du matériel usagé», ajoute la récente récipiendaire, Noémie Lavigne.

5 équipes étaient présentes au concours. Une provenait du Québec, une du Nouveau-Brunswick, deux de France et une autre y était, mais celle-ci y participait de façon hors-concours. Une équipe de l’Italie et l’autre de Tunisie n’ont pu participer en raison de problèmes de visa, explique Noémie Lavigne.

Avant de se diriger en France, leur projet fut celui sélectionné parmi une multitude d’autres provenant des quatre coins de la province.

Fierté

L’équipe du Cégep de l’Outaouais croyait en leur produit, «On avait quand même confiance en notre dossier, qui était très très complet», soutient-elle.

L’expérience à la française a permis aux jeunes de voir différents projets entrepreneuriaux et d’en apprendre sur les différentes façons de monter un plan d’affaires. 

En France, l’équipe de l’Outaouais devait remettre un plan d’affaires complet de 25 pages avec 10 pages d’annexe.

Passion entrepreneuriat

Étudiante à la technique en gestion de commerces au Cégep de l’Outaouais, Noémie avait été approchée par une collègue de classe à se joindre au Club d’entrepreneurs. Depuis, son désir envers le monde des affaires s’accroit quotidiennement.

À présent, elle devra faire un choix pour l’Université. Celle-ci sait qu’elle étudiera en administration des affaires à l’Université du Québec en Outaouais. Son profil demeure à définir.

Entre-temps, la jeune adulte âgée de 19 ans se concentre à terminer son diplôme d’études collégiales en plus d’organiser une exposition multidisciplinaire avec cinq programmes d’études collégiales. «Je suis très impliquée», conclut la nouvelle récipiendaire.

 

 

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média