Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 novembre 2019

Alex Proteau - aproteau@lexismedia.ca

Ripon donne le feu vert au projet de sablière sur la montée Meunier

CPTAQ, Sablière Viceroy

Les fruits de la terre Ripon

©Alex Proteau - La Petite-Nation

La ferme Les fruits de la terre à Ripon

La municipalité de Ripon a délivré le 24 octobre dernier un permis de changement d’usage aux propriétaires et éventuels exploitants du projet de sablière sur la montée Meunier.

La décision de la municipalité s’explique par l’attribution «des autorisations gouvernementales pour débuter le projet, entre autres celle de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) et celle du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques», peut-on lire sur une publication parue le 6 novembre sur la page Facebook de la municipalité.

Contacté à ce sujet, le maire de Ripon, Luc Desjardins, révèle que la municipalité s’est montrée prudente quant au dossier de la sablière. «Quand on regarde le cas de Grenville-sur-la-Rouge qui a eu une poursuite, on ne veut pas se retrouver dans une même situation. C’est pour ça que nous avons été très prudents dans tous les gestes qu’on a posés. On a suivi les directives de notre procureur et on a vérifié que tout était en règle.»

À cet effet, la municipalité riponnaise invite ses citoyens à une rencontre le 18 novembre prochain afin d’expliquer le projet et les mesures d’atténuation prises pour la sécurité routière.

Le maire indique que peu de scénarios peuvent changer l’attribution de permis. «On ne peut pas reculer, il (Alain Bouffard) a rencontré toutes les règles. Il n’y a pas de changement de ce côté-là, précise-t-il. Je ne crois pas qu’il y a de recul possible.»

Réactions

Luc Desjardins

©Alex Proteau - La Petite-Nation

Le maire de Ripon, Luc Desjardins

«C’est sûr qu’on est content, soutient le futur exploitant du projet de la sablière, Alain Bouffard. On est rendu là, on est toute en loi.» 

«Le projet est parti, car la CPTAQ autorise cinq ans. Il n’y a pas d’extraction pour l’instant. Il y a des travaux à faire pour aménager ça. C’est ce qui va se faire dans les prochaines semaines», ajoute le copropriétaire de la ferme des fruits de la terre.

Informé de l’attribution du permis par la municipalité, un des membres de l’Association des Riverains du Lac Daoust (ARLD), Franck Bobe, demeure en désaccord quant au projet. «On continue le combat avec les munitions qu’il nous reste dans les mains», en ajoutant que l’ARLD sera présente à la rencontre citoyenne prévue lundi prochain.

Le plan prévoit le déploiement d’une sablière sur un plateau d’une superficie de 6,85 hectares et d’une profondeur de quinze mètres d’extraction. Après cela, le tout devra être remis dans l’état d’origine et la terre devra être uniquement utilisée pour la culture de l’ail.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média