Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

12 janvier 2019

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

Le cycle des sabbats en exposition

©Photo gracieuseté

Une photo représentant l’équinoxe du printemps qui sera visible lors de l’exposition.

ARTS VISUELS. Une exposition de l’artiste céramiste, Marie-Pierre Drolet, intitulée La roue de l’année, fait son arrivée au Centre d’action culturelle le 12 janvier et sera présentée jusqu’au 24 février.

Avec ses oeuvres céramiques et photographiques, Marie-Pierre Drolet souhaite mettre en valeur «le cycle infini de la création de la vie et, par le fait même, de l’importance du passage de toute chose à travers différentes étapes physiques, symboliques et spirituelles.» Les huit étapes du cycle présentées dans cette exposition se basent sur la Roue de l’année, un concept traditionnel druidique celtique composé de huit célébrations rituelles annuelles, explique la céramiste native de l’Outaouais qui compte une quinzaine d’années d’expérience.

«Ça fait depuis que je suis adolescente que je fête les équinoxes et les solstices avec un groupe, donc pour moi ça toujours été des moments importants et aussi des moments spirituels de questionnement sur la symbolique des moments de l’année et sur ce que ça apporte dans nos vies. J’ai voulu exprimer ça avec mon art, donc c’est une exposition qui symbolise le cycle de la vie et de la mort et aussi la renaissance après la mort dans un nouveau cycle», résume Mme Drolet.

Par ses créations, l’artiste espère transmettre le contact mystique qu’elle ressent avec les forces de la nature. «La céramique est une manifestation alchimique de ces forces, puisque la terre et les glaçures sont transformées par le feu en une toute nouvelle matière», indique-t-elle dans la description de son exposition.

Les œuvres qui seront exposées au Centre d’action culturelle ont pour la plupart été réalisées en résidence à la Maison Scott Fairview à Gatineau en mai 2018, informe-t-elle. À l’été 2019, l’artiste retournera en résidence grâce à une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) au St-John Arts Centre à St-John au Nouveau-Brunswick.

Mme Drolet fait aussi savoir qu’elle a appris la céramique de son père, potier de 1975 à 1991, et a poursuivi son exploration artistique tant dans le cadre de ses études en arts visuels que de manière autodidacte. Durant l'été 2016, elle a étudié des techniques de céramique coréennes avec le maître Lee Kang-Hyo, à l'Université d'Alfred, dans l'État de New York. Elle habite et travaille à quelques minutes du village de Wakefield, dans une ancienne école de rang du secteur Edelweiss.

Il s’agit d’une première exposition solo pour céramiste qui a déjà pris part à d’autres activités collectives du Centre d’action culturelle. Le public est invité au vernissage, en compagnie de l’artiste, qui se déroulera le 12 janvier de 16h à 18h.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média