Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

03 avril 2019

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Un Arbre de l’amour pour montrer les beaux gestes

À l’école Sacré-Cœur de Plaisance, l’intimidation n’est pas vraiment un problème pour cette petite école primaire. Mais ça n’empêche pas les élèves de penser à ce phénomène et démontrer que ça a de l’importance pour eux.

Dans le cadre de la journée contre l’intimidation et la violence en fin février, un Arbre de l’amour a été inauguré dans la cour d’école. Ce petit arbre affiché avec son nouveau nom a été rempli de ruban rose par les élèves et le personnel de l’école.

«On voulait faire quelque chose pour la journée contre l’intimidation, souligne Solveigh Lacombe. On avait eu l’idée de mettre des rubans sur la clôture. Au début c’est ça qu’on voulait faire. Après l’idée de l’arbre nous est venue parce que c’est quelque chose qui grandit, quelque chose qui est vivant.»

Chaque élève est allé mettre son ruban sur l’arbre, ajoute-t-elle. L’idée, c’est que chaque élève est individuel avec son ruban, mais si on les met tous ensemble sur un arbre, on va être plus fort pour aller contre cette journée-là. Mais c’est vrai pour plein d’autres choses aussi.»

Publicité

Défiler pour continuer

L’arbre a été choisi en fonction de sa grandeur. «On voulait que ce soit un arbre que les enfants voient, indique Brigitte Joanisse. Il y a quelques feuilles, on le voit grandir rapidement. Si on avait pris un arbre trop haut, on ne l’aurait pas vu. S’il était trop fourni, on n’aurait pas vu les rubans.»

L’emplacement a aussi joué un rôle. «Stratégiquement dans la cour d’école, c’est un arbre que tous les enfants voient, passent à côté», affirme-t-elle.

Banc

Le projet de l’Arbre n’est qu’une première étape pour les organisateurs. L’expérience sera renouvelée chaque année pour garder le projet vivant, mais aussi permettre aux nouveaux élèves d’y participer.

Dans les prochaines semaines, le projet va aussi prendre une autre dimension alors qu’un banc de l’amitié sera implanté à côté de l’arbre. Ce banc est une idée tirée d’une autre école et qui a charmé les deux organisatrices.

Le but est d’offrir un endroit où un enfant ayant le goût de parler pourra aller s’asseoir. Et d’autres élèves pourront aller le rejoindre pour discuter avec lui. «Ça va être un petit coin dont on va prendre soin», mentionne Brigitte Joanisse.

Visibilité

La décision de faire un projet extérieur n’a pas été prise à la légère.  «On voulait faire quelque chose à l’extérieur, parce qu’on fait plein de choses à l’intérieur, mais le monde ne le voit pas nécessairement, soutient Solveigh Lacombe. On veut que les gens qui le voient puissent être allumés par ça.»

«On veut que les choses soient visibles, que les enfants sentent qu’ils participent à quelque chose, ajoute Brigitte Joanisse. C’est leur école. On veut qu’ils en soient fiers.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média