Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

27 Septembre 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

75 ans d’histoire et une relève à bâtir

75 ans d’histoire et une relève à bâtir

©La Petite-Nation - Louis-Charles Poulin

Monique Dubé-Lacroix, Sylvie Fontaine, Francine Longpré-Mac Leay et Johanne Berlingette du Cercle de Fermières de Montpellier.

ANNIVERSAIRE. Fondé en 1943, le Cercle de Fermières de Montpellier célèbre cette année son 75e anniversaire d’existence.

En 1944, lors de la toute première exposition du Cercle des Fermières, le curé du village avait fait tirer un sac de farine comme prix de présence.  À l’époque, les membres recevaient des poussins et une ruche d’abeilles pour subvenir à leurs besoins grâce aux œufs et au miel. Trois quarts de siècle plus tard, les temps ont changé, mais la mission du Cercle demeure la même, informent les membres rencontrées par le journal La Petite-Nation. En résumé, le Cercle de Fermières vise l’amélioration des conditions de vie des femmes et des familles et la transmission du patrimoine culturel et artisanal tout en s’impliquant dans la communauté.

«À l’époque, il n’y avait pas des magasins pour s’alimenter et des voitures pour se déplacer ailleurs. C’était une région agro forestière, donc les hommes partaient pour travailler dans le bois et les femmes devaient tenir le foyer. Les réunions des Fermières permettaient aux femmes de se regrouper, de s’entraider et d’être solidaires. Il n’y avait pas autant de clubs sociaux qu’aujourd’hui et il n’y avait pas de réseaux sociaux pour communiquer. C’était comme sur le perron de l’église, c’était important d’être présent aux réunions pour savoir les nouvelles et rester en contact», souligne Francine Longpré-Mac Leay du Cercle de Fermières. Même si la société a changé en 75 ans, le Cercle de Fermières existe toujours à Montpellier et compte une trentaine de membres, dont un peu plus de la moitié sont actives. La moyenne d’âge du groupe qui se réunit chaque semaine au 4, rue du Bosquet à Montpellier pour les «Petits lundis» se trouve dans la soixantaine, estiment les Fermières.

Espérant fêter un jour son 100e anniversaire, le groupe doit absolument trouver des façons de plaire et de rejoindre les jeunes femmes pour assurer la relève. Ce qui représente un défi «difficile», selon les Fermières interrogées. «Nos activités se font surtout le jour durant la semaine et les jeunes femmes sont au travail. Même si on faisait ça le soir, elles sont souvent fatiguées et doivent s’occuper de leurs enfants», mentionne Mme Longpré-Mac Leay. L’ajout d’ateliers les samedis pour permettre à celles qui travaillent en semaine est envisagé prochainement, alors qu’elles pourraient y apprendre, par exemple, à faire des sushis, du pain, des tartes, etc., renchérit Johanne Berlingette,  une membre du Cercle. Ce genre d’ateliers est une belle façon pour les femmes de la localité de «tisser de beaux liens» entre elles, assure Sylvie Fontaine qui après s’être installée dans la localité s’est servie du Cercle de Fermières pour se faire de nouvelles amies.

Dernièrement, le Cercle a aussi obtenu une subvention qui a permis de faire l’achat de machines plus perfectionnées, et de métiers à tisser ainsi que d’une table de coupe mobile. «On s’adapte aux nouvelles technologies qui sont disponibles. Souvent les jeunes vont penser qu’on ne fait que tricoter des chaussettes en phentex, mais ce n’est plus le cas. On a beaucoup évolué, on a des nouvelles formations et on suit la mode du jour», ajoute Mme Berlingette.

Pour terminer, le Cercle de Fermières de Montpellier souligne avoir appuyé plusieurs causes dans la communauté en 75 ans et a l’intention de poursuivre ses activités le plus longtemps possible. «Le Cercle de Fermières a toujours eu à cœur, l’entraide, le soutien aux œuvres caritatives, l’apprentissage et l’évolution de diverses techniques artisanales que les Fermières pratiquent encore aujourd’hui, mais selon le goût du jour. Notre but et notre volonté sont encore les mêmes aujourd’hui qu’autrefois, soit de perpétuer et d’assurer la survie du patrimoine artisanal», résume Mme Longpré-Mac Leay.

Le Cercle de Fermières célébrera son 75e anniversaire à Montpellier le 30 septembre.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média