Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

09 décembre 2018

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Le rêve cinématographique de Maxime Jodoin

Le Montebellois demande un coup de main de la population

Maxime Jodoin

©Gracieuseté

En défraichissant de vieux souvenirs quatre ans passés, Maxime Jodoin est tombé sur un script. Une pièce de théâtre qui devait voir le jour à l’école secondaire Louis-Joseph-Papineau, mais qui en cours de route n’a jamais abouti.

Nostalgique de cette belle époque, ce touche-à-tout du septième art s’est laissé emporter par ses idées. Ou plutôt ses rêves. Son rêve d’obtenir un premier rôle.

Le natif de Montebello a donc démarré le projet: celui de transposer cette pièce théâtrale au grand écran. Grâce à ses contacts – et au réseau de ses contacts –, Maxime s’approche de son rêve. Mais pour y arriver, il aurait besoin de son patelin.

«On aurait besoin de 3500$ pour commencer à bouger. Environ 95% du film serait tourné dans une école et ça durerait une semaine. On a lancé une campagne de sociofinancement en ligne pour nous aider», a mentionné l’artisan du long-métrage, spécifiant qu’il reste encore quelques rôles à distribuer.

L’acteur de 27 ans aimerait bien que la Petite-Nation lui donne un coup de pouce. Il a vu ce que sa petite communauté pouvait donner lorsqu’elle décidait d’être de la partie. Il n’a qu’à penser à la tournée Kraft en 2014, qui avait été un succès retentissant alors qu’à l’époque il avait justement moussé cette idée avec François Périard.

Sans dévoiler de nom, Maxime est confiant que des «grosses têtes d’affiche» pourraient embarquer dans l’aventure, qui sera filmée à Charlevoix, sa ville d’adoption depuis 18 mois. Quelques scènes pourraient cependant prendre vie en Outaouais, si le budget et le temps le permettent.

Le metteur en scène, lui, a été signé. Producteurs et réalisateurs sont déjà dans le projet.

Il ne reste plus qu’à obtenir le financement afin d’entamer le tout pour cet été, au plus tôt. Et pour ce faire, la communauté de la Petite-Nation n’a qu’à cliquer sur le lien (gostartis.com/page-artiste/Mathieu/) et remplir les informations.

Touché au coeur

S’éloignant de la région de la capitale nationale pour une autre Capitale-Nationale, Maxime Jodoin en a fait du chemin. L’ancien animateur de radio en Ontario s’est engagé corps et âme dans ce projet.

«Ça me tient à cœur, car ce serait mon premier grand rôle au cinéma. J’ai fait de la figuration dans de grosses séries télés et j’ai joué dans un film, mais je n’ai pas encore eu la chance d’avoir un premier rôle», indique l’ancien de LJP, qui a notamment été vu dans Virginie et Yamaska.

Et dire que son premier rôle pourrait venir grâce à un jeu qui n’a jamais vu le jour à son alma mater. En plein milieu de son secondaire, des camarades de classe et lui devaient participer à une pièce, mais plus ça avançait, plus l’intérêt diminuait et la pièce est restée dans les cartons.

C’est en revisitant son passé que Maxime est retombé sur le manuscrit, Touché au cœur, écrit par Luc Boulanger. Un groupe d’amis voulant s’amuser veut démarrer un jeu de tag dans toute l’école, mais les préjugés embarquent. C’est seulement lorsqu’il est décidé que le gagnant se voit payer son voyage de fin d’année que l’intérêt apparait soudainement dans les yeux des écoliers.

S’en suit un récit digne des films d’ados. «C’est un bon film d’école secondaire. Ça va rappeler au monde de bons souvenirs, croit fermement l’acteur de profession qui a eu la permission de M. Boulanger pour adapter sa pièce. Je l’ai rencontré et il a accepté. C’est un vraiment un bon homme généreux.»

Dans Touché au cœur, Maxime Jodoin incarnera d’ailleurs le personnage de Nicolas, rôle qu’il aurait dû jouer à l’époque.

Après avoir suivi une formation d’acting avec la comédienne Louise Boisvert et été faire ses preuves à l’école ProMédia à Montréal, le principal intéressé a vu que s’il voulait percer au Québec, qu’il devait pousser sa chance.

C’est pour cette raison qu’il a pris des cours pour devenir scénariste, ajoutant ainsi une autre corde à son arc, lui qui est en plus d’être acteur porte les chapeaux de scénariste et de producteur chez Images Polar.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média