Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

08 décembre 2018

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Montebello veut des solutions permanentes

Présence de manganèse dans l’eau

Usine Montebello

©La Petite-Nation-Archives

La municipalité de Montebello souhaite trouver des solutions permanentes à la présence de manganèse dans l’eau potable.

Les élus de Montebello ont engagé une firme pour faire une étude concernant le problème du fer et du manganèse découvert au cours des dernières semaines. «L’eau est de très bonne qualité encore, sauf qu’il y a du manganèse qui a apparu, explique le maire Martin Deschênes. On a donné un mandat à une firme pour savoir comment le traiter.»

«Au moment où l’on a construit la nouvelle usine, on avait fait une analyse de l’eau brute, ajoute-t-il. À ce moment-là, il n’y avait aucune présence de manganèse. Alors, on n’a pas fait d’analyse pour savoir comment traiter ce ferreux dans l’eau.»

Le problème est apparu plus tard alors que de l’eau brune a commencé à apparaître. Le manganèse, lorsqu’il entre avec contact avec le chlore, prend cette teinte brunâtre. Donc, les citoyens peuvent voir de l’eau brune dans des cas où du chlore a été utilisé.

À un certain moment, la Ville a tenté de régler la situation, mais pas de la bonne façon. «Quand on a vu une couleur plus brunâtre, les opérateurs ont eu tendance à contrôler ça et les actions que l’on prenait ont rempiré la situation.»

«De là on a investi un peu de temps pour trouver des solutions temporaires. Et ces solutions temporaires ont été assez bonnes. Là on a donné un contrat pour une solution permanente.»

Inconfort visuel

Le problème créé par la présence du manganèse dans l’eau est purement visuel, indique le maire de Montebello. Il n’y a aucun danger à la consommation.  

Mais il reconnaît que ce n’est pas agréable pour les citoyens de voir de l’eau brune dans certaines situations, surtout après les investissements réalisés pour la nouvelle usine d’eau potable. «C’est la raison pour laquelle on dépense les sous», souligne-t-il.

La nouvelle usine n’est pas en cause dans ce dossier. «L’usine performe très très bien. C’est une donnée additionnelle qu’on n’avait pas. L’usine n’a pas été conçue pour ça. Les opérateurs savent plus ou moins comment traiter ça. Avant de faire des erreurs, on va trouver une façon que ce soit permanent.»

Quant à savoir comment le manganèse était apparu dans l’eau, ça reste encore à être définie. Pour le moment, l’explication la plus plausible serait la réapparition d’une source souterraine dans le lac où s’approvisionne la municipalité. «On ne semble pas avoir de ruisseau additionnel.»

Aucun échéancier n’a été établi concernant cette étude. Le tout dépendra des besoins de la firme. Si les données que la Ville a colligées sont suffisantes, le dossier pourrait se régler plus rapidement. Sion, plus de statistiques devront être recueillies.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média