Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

09 décembre 2018

Kenauk Nature se développe davantage

Kenauk

©La Petite-Nation-Louis-Charles Poulin

Les chantiers sont nombreux chez Kenauk Nature présentement, alors que la Réserve faunique spécialisée dans la villégiature, la chasse et la pêche réalise un virage quatre saisons

Le directeur général de Kenauk Nature depuis janvier, Simon Trudeau, explique que l’endroit de 263 km carrés qui compte une soixantaine de lacs, entouré par Montebello, Grenville-sur-la-Rouge, Boileau, Namur et Notre-Dame-de-la-Paix, est présentement en pleine croissance. «C’est un pace qu’on vient de prendre pour les cinq prochaines années qui seront assez décisives pour construire des nouveaux chalets, des nouvelles activités et faire de l’exploitation forestière encore plus chirurgicale», annonce-t-il en ajoutant que la réserve naturelle sert également à faire de la pisciculture et des recherches de l’Institut Kenauk et que de «nouveaux créneaux» vont s’ajouter.

Concernant les chantiers en cours, Kenauk Nature aménage présentement un sentier pédestre de 100km, dont 48km qui sont déjà terminés. Une tour d’escalade de 45 pieds de surface de grimpe avec un belvédère au sommet est également en construction. Une école de pêche à la mouche ouvrira au printemps sur un terrain de deux acres. Le site de tir au pigeon d’argile devrait être agrandi pour l’été prochain pour qu’il soit possible d’y effectuer des tirs de précision sur une plus longue distance, soit sur 50, 100 ou 300 verges. Une yourte, une tente prospecteur, un village de tipis, la relocalisation du traineau à chiens et des nouveaux chalets accessibles durant l’hiver verront aussi le jour chez Kenauk. 

Avec ses ajouts à venir, M. Trudeau estime que Kenauk Nature pourra répondre aux besoins de sa clientèle à longueur d’année. «On veut reprendre un peu le dessus sur l’état général de la propriété et trouver un meilleur équilibre sur notre capacité d’accueil et les besoins exprimés par nos clients. Les tendances d’activités changent et il faut continuer à s’ajuster.

Maladie débilitante chronique 
Questionné à savoir si les mesures prises dans la région en réaction à la découverte d’un premier cervidé atteint par la maladie débilitante chronique avait eu des impacts sur Kenauk Nature, M. Trudeau répond : «Ça nous a affectés, mais on a une très grande propriété, donc ça n’a affecté qu’une partie. On a fermé quelques zones de chasse, dont certaines de façon préventive, et deux ou trois groupes de chasseurs ont été déplacés. Sur 26 zones de chasses qu’on a, seulement 4 ou 5 ont été affectées. On a moins de chasseurs que par les années passées aussi, car c’est un choix stratégique qu’on fait pour protéger notre cheptel», conclut celui qui spécifie que l’endroit est davantage convoité par les familles qui viennent en hébergement que par les chasseurs et pêcheurs comme c’était le cas auparavant.    
 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média