Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

17 Octobre 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

Créer des «matchs» en agriculture

Créer des «matchs» en agriculture

©La Petite-Nation - Louis-Charles Poulin

L’agente de maillage de l’ARTERRE de la MRC de Papineau, Andréane Sabourin.

RELÈVE. Déjà une vingtaine de noms figure sur la liste de l’ARTERRE de la MRC de Papineau, alors que ce service de maillage est en opération depuis cet été.

Tout comme le concept de l’émission, L’amour est dans le pré, l’ARTERRE vise à jumeler des propriétaires de terres avec des aspirants-agriculteurs. Cependant, on ne cherche pas ici un potentiel amoureux, mais plutôt à créer un «match» pour le démarrage ou le transfert d’une entreprise agricole pour assurer la relève et garder les terres du territoire active. Lancé en mars par le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ), ce service d’accompagnement est entièrement gratuit et confidentiel pour les propriétaires et aspirants-agriculteurs. Cependant, on exige qu’un acte notarié soit utilisé entre les deux partis lorsqu’une entente est conclue.  La MRC de Papineau a adhéré à l’ARTERRE à la fin juin et a procédé à son lancement officiel sur son territoire, le 17 octobre, à la Ferme Brylee en compagnie d’une quarantaine d’acteurs du milieu agricole.

Le préfet suppléant et maire de Ripon, Luc Desjardins, a souligné que l’adhésion à l’ARTERRE représente l’un des premiers objectifs identifiés dans le Plan de développement de la zone agricole (PDZA) de la MRC. Il estime que l’ARTERRE permettra d’assurer la continuité d’entreprises agricoles, dont les propriétaires approchent de la retraite, et également de revitaliser certaines terres en friches. «Il y a beaucoup de producteurs agricoles qui sont rendus en fin de carrière et qui aimeraient beaucoup avoir de la relève. C’est important pour notre région, car on a vu l’agriculture décliner avec les années avec moins de remplacement et plus de terres en friches. On veut renverser la vapeur et revitaliser l’agriculture», lance M. Desjardins.

Il souligne que le territoire de la MRC de Papineau compte environ 65 000 hectares qui sont dédiés à l’agriculture, donc il s’agit d’un aspect important pour l’économie des localités de la région. Il informe que la MRC de Papineau prendra plusieurs actions dans les années à venir pour soutenir l’agriculture. «On va mettre de la signalisation pour le partage de la route entre la machinerie agricole et les voitures et on travaille sur un plan de communication aussi», fait savoir celui qui estime qu’il faut faire connaître davantage la région pour que des agriculteurs d’ailleurs viennent s’y installer. «On a une super belle région et beaucoup de types de terres.»

L’agente de maillage pour l’ARTERRE à la MRC de Papineau, Andréane Sabourin, soutient elle aussi qu’il va falloir attirer des aspirants agriculteurs de l’extérieur, alors que la liste de noms recueillis pour l’ARTERRE contient majoritairement des noms de propriétaires qui souhaitent céder leur entreprise agricole à une jeune relève.  «On a le problème inverse des autres régions, où ils ont plus d’aspirants et peu de terres. Notre défi c’est de faire connaître notre région aux aspirants. Il faut montrer que Papineau c’est le meilleur endroit où s’installer», mentionne celle dont le téléphone ne dérougit pas depuis quelques semaines, alors que la demande pour s’inscrire à l’ARTERRE est grande. «Il y a clairement un besoin. Le besoin est absolument évident», estime celle qui espère que la MRC de Papineau réussira à bien faire connaître l’ARTERRE. Des tournées dans des écoles sont prévues, indique-t-elle.

Le vice-président du Syndicat de la relève agricole de l’UPA Outaouais-Laurentides, Jonathan Charron, invite les aspirants-agriculteurs à s’inscrire auprès de l’ARTERRE, puisqu’il estime que le prix des terres est «vraiment intéressant» dans la région. «On a vraiment un prix pour les terres qui est moins élevé qu’ailleurs au Québec et avec une qualité qui est très bonne. C’est un avantage qu’on a ici», croit M. Charron qui estime qu’en faisant connaître davantage l’ARTERRE et le potentiel agricole de Papineau, de jeunes entrepreneurs de l’extérieur viendront s’installer.

Brian Maloney, propriétaire avec sa conjointe de la Ferme Brylee, était bien heureux d’accueillir le lancement de l’ARTERRE sur son terrain, puisqu’il estime qu’il s’agit d’un outil intéressant pour les entrepreneurs comme lui qui approche de la retraite. Dans le futur, il envisage qu’outre que la relève familiale prévue, d’autres entrepreneurs pourraient opérer des activités sur ses terres ou prendre la relève de certains aspects de son entreprise. «On a 500 acres, on a trois maisons, on a des granges et beaucoup de ressources, mais on manque de personnes», indique celui qui estime qu’il prend beaucoup d’énergie à tenter de trouver de la relève. «On n’a pas l’expertise de poser les bonnes questions, de passer des entrevues et de trier les gens. Ça consomme beaucoup d’énergie», fait savoir celui qui se réjouit de voir que l’ARTERRE permettra de jumeler de façon efficace les propriétaires et aspirants. 

Pour plus d’informations sur l’ARTERRE : sabourin@mrcpapineau.com ou 819 427-6243 poste 1407.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média