Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

12 Octobre 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

«Une nouvelle étape» pour le Marché de Ripon

«Une nouvelle étape» pour le Marché de Ripon

La coordonnatrice de la Coopérative Place du Marché de Ripon, Myrielle Des Landes, voit l’avenir du marché public de façon positive.

USINE. La Coopérative Place du Marché de la Petite-Nation, située au 4, rue du Marché à Ripon, entre dans «une période de développement et de consolidation», estime sa coordonnatrice, Myrielle Des Landes. 

«C’est vraiment une nouvelle étape qui commence pour nous. Il y a eu l’étape des bâtisseurs et maintenant on entre dans l’étape du développement et de la consolidation», prévient-elle d’entrée de jeu. Avec une cinquantaine de spectacles amateurs, semi-professionnels et professionnels, un nouvel équipement scénique était nécessaire et c’est ce que s’est procuré la Coopérative Place du Marché grâce à une subvention de 20 000$ de la MRC de Papineau. «On a maintenant un système de son professionnel, un nouveau piano, des rideaux, un nouveau micro, un écran télécommandé, un projecteur et une console», énumère Mme Des Landes.

Le Marché accueillera prochainement des artistes comme Gipsy Kumbia Orchestra, Carlos Marcelo Martinez, 56 Vld Blues et plusieurs autres. «On veut surtout mettre en valeur le talent local, mais aussi avoir davantage de spectacles professionnels et élargir notre clientèle», prévoit-elle en spécifiant que le Fonds culturel de la MRC leur a également accordé 2000$ pour monter un plan de communication. «On veut bonifier les honoraires professionnels, car les musiciens sont en droit d’avoir leur juste part. On va travailler beaucoup sur cet aspect-là», dit celle qui spécifie aussi avoir à cœur des talents locaux. Prochainement, la Coopérative Place du Marché collaborera avec l’artiste Mélodie Coutou et le designer Koen De Winter sur un projet d’art au travail et de médiation culturelle, impliquant des bénévoles du Cercle de Fermières de Ripon, afin d’améliorer l’acoustique et l’esthétique de l’endroit. Durant la première phase du projet, qui se réalisera cet automne, des oriflammes solides seront ajoutées dans les hauteurs du marché public.

Autre nouveauté, SAJO a maintenant son point de service à la Place du Marché et devient partenaire officiel. Déjà l’organisme était impliqué dans l’organisation de Soirées de jeux de société qui a reçu un prix dernièrement. Avec ce nouveau partenariat, d’autres activités pourront émaner au marché. D’ailleurs, SAJO est coorganisateur du Bal des citrouilles prévu sous peu et offre son soutien financier aux Soirées documentaires. «C’est super pour eux et pour nous, car on va travailler ensemble pour rejoindre nos clientèles cibles», fait savoir Mme Des Landes qui ajoute que le marché public est en quelque sorte «un incubateur à projets». Elle précise que les citoyens et organismes sont de plus en plus nombreux à s’en servir pour organiser diverses activités. «On voit beaucoup de nouveaux visages et plus de monde», observe celle qui dit qu’il est aussi possible de louer le marché ou de l’équipement pour l’organisation d’événements privés.

Voyant l’engouement généré par l’endroit, Mme Des Landes souhaite que la popularité du marché public serve à faire connaître davantage les producteurs et les artistes de la Petite-Nation. À partir de maintenant, des œuvres d’artistes en art visuel pourront être exposées à l’intérieur du marché public. Chaque six mois, les œuvres changeront pour donner l’opportunité à plusieurs de se faire voir.

Un autre changement pour le 4, rue du Marché est que son entrée sur la route 317 est maintenant fermée. «Elle n’est plus légale, puisque notre adresse et entrée principale est maintenant sur la rue du Marché depuis sa construction», informe-t-elle en ajoutant que des aménagements à l’extérieur seront faits pour la bloquer prochainement. De plus, dans le futur, la Coopérative Place du Marché prévoit aménager une cour avec une structure permanente pour les producteurs et événements. «On a déjà un côté jardin, mais on veut que la cour devienne un milieu de vie conviviale conçu et pensé pour favoriser les liens entre les gens. C’est dans nos objectifs de développer ça, mais ce ne sera pas à court terme», affirme Mme Des Landes.

Pour finir, elle souhaite remercier la centaine de bénévoles qui s’impliquent afin de faire vivre le marché public. «Depuis 2011, la Coop vit grâce au bénévolat. Il y a vraiment un esprit festif et généreux dans le coin», conclut celle qui voit Ripon comme un «petit village de Gaulois» en raison du dynamisme et de l’implication de la communauté.  
 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média