Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

10 Octobre 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

«J’ai toujours eu le désir de m’engager»

«J’ai toujours eu le désir de m’engager»

©La Petite-Nation - Louis-Charles Poulin

Le nouveau député élu de Papineau, Mathieu Lacombe.

ÉLU. Le nouveau député élu de Papineau, Mathieu Lacombe, a toujours eu un intérêt pour la politique et surtout pour l’engagement.

Originaire de la Rive-Nord de Montréal, Mathieu Lacombe commençait déjà à s’impliquer dans les différents comités à son école secondaire, entre autres, au journal étudiant et au conseil des élèves. «J’étais toujours un des élèves engagés. Pour moi, l’engagement ç’a toujours fait partie de mon ADN. L’engagement c’est bien fort en moi», affirme celui qui à l’époque allait dîner chez lui pour écouter les émissions d’affaires publiques sur l’heure du midi.

Un peu plus tard, il a été inspiré par le message de l’Action démocratique du Québec (ADQ) de Mario Dumont. «C’est quelqu’un qui voulait faire les choses différemment et qui voulait faire progresser le Québec d’une autre façon. Il voulait sortir du débat identitaire dans lequel on était pris depuis des décennies. Ça m’avait beaucoup interpellé comme jeune à l’époque», confie celui qui a ensuite milité avec la Commission des jeunes de l’ADQ. Ce qui l’a mené à être attaché politique d’une députée à l’Assemblée nationale.

En 2008, alors âgé de 20 ans, Mathieu Lacombe s’est présenté à l’élection provinciale sous la bannière de l’ADQ dans la circonscription D'Arcy-McGee de la région de Montréal. Il avait alors obtenu 292 votes, ce qui représentait 1,8 % des voies. «J’ai accepté de relever le défi en sachant très bien que ce serait un immense défi. C’est une circonscription libérale depuis toujours où les candidats libéraux gagnent par des marges astronomiques. Je l’ai fait pour l’engagement politique», mentionne-t-il.

Un peu plus tard, M. Lacombe s’est installé en Outaouais où il demeure depuis une dizaine d’années. «C’est vraiment un choix que j’ai fait de déménager en Outaouais. J’ai choisi la région pour les opportunités qu’elle offrait. Quand je me suis établi et que j’ai commencé à découvrir la région, c’était clair pour moi que je voulais rester ici.»

Dans la région, il est surtout connu pour son travail de chef d’antenne à TVA Gatineau-Ottawa. Auparavant, il a également évolué à Unique FM, Énergie, Rouge FM et Radio-Canada comme journaliste. «Ça m’a permis de bien m’établir dans la région et bien comprendre les dossiers», explique le diplômé de La Cité en journalisme et détenteur d’un baccalauréat spécialisé en journalisme avec une mineure en science politique de l’Université d’Ottawa. Tout récemment, il avait été embauché comme porte-parole de la STO avant de refaire le saut dans l’arène politique aux récentes élections avec la Coalition Avenir Québec (CAQ).   

Au départ, M. Lacombe n’était pas certain de vouloir se présenter en politique, puisqu’il est père de deux jeunes garçons de 5 ans et de 18 mois. Il informe avoir été sollicité informellement dans les mois qui ont précédé la campagne et de façon formelle quelques semaines avant son lancement. «Ç’a été rapide et ce n’était pas dans mes plans de carrière, mais ce n’est pas une décision que j’ai prise sur un coup de tête. C’est une décision qu’on a prise en famille. Il me fallait l’accord de ma conjointe et son appui indéfectible. C’était bien important pour moi avant de me lancer. On ne peut pas faire ça avec une conjointe qui y va à reculons. C’est trop exigeant, demandant et ça demande trop de sacrifices. Je suis chanceux elle ait accepté», mentionne-t-il en spécifiant que sa conjointe s’est occupée de son agenda durant sa campagne. «Je pense qu’elle a comme eu la piqûre et qu’elle a beaucoup aimé ça», avance le nouvel élu, accompagné par son garçon de 5 ans, en entrevue avec le journal La Petite-Nation.

«Ce n’est pas irréconciliable la politique et la famille. J’irais même plus loin en disant que c’est souhaitable d’avoir de jeunes parents qui se lancent en politique. Notre génération elle n’a souvent pas été représentée à l’Assemblée nationale et c’est là que les décisions se prennent et que les débats de société se font. On doit être assis à cette table-là quand les décisions sont prises. Pour moi, c’est une force plus qu’un handicap d’avoir de jeunes enfants», croit-il.

Alors que plusieurs spéculent actuellement sur la composition du cabinet des ministres de François Legault, M. Lacombe a fait savoir qu’il allait respecter les choix de son chef qu’il soit nommé ou non dans un ministère.  «Quand j’ai été déclaré élu et quand j’ai vu la majorité avec laquelle j’ai été élu, ç’a tellement été une fierté. J’ai vu ça comme un beau vote de confiance des gens de Papineau. Mon travail sera d’abord et avant tout d’être député de Papineau», informe-t-il. «Tant que j’aurai l’impression d’être utile et tant que j’aurai l’impression que mon travail fait la différence, je vais avoir envie de continuer», conclut-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média