Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

20 Septembre 2017

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

La MRC de Papineau demande une taxe scolaire uniforme

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

TAXE SCOLAIRE. Par voie de résolution adoptée unanimement, le conseil des maires de la MRC de Papineau demande au gouvernement provincial d’intervenir au niveau de la taxation scolaire afin d’imposer un taux uniformisé entre les commissions scolaires de la région.

Les élus de la MRC de Papineau déplorent la situation que vit présentement la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées (CSCV), ainsi que les autres commissions scolaires francophones, qui sont forcées d’augmenter considérablement leur taux de taxation en raison de l’exode des contribuables vers la Commission scolaire Western Québec (CSWQ). «C’est un investissement collectif qu’on fait dans l’éducation. Qu’on soit francophone ou anglophone, on investit dans nos élèves. Ça devrait être [un taux] unique partout au Québec», croit le maire de Notre-Dame-de-la-Paix, Daniel Bock, qui estime que le gouvernement devrait s’occuper de ce dossier en priorité. «Le gros problème, c’est que le citoyen a le choix de transférer de commission scolaire. Selon moi, si tes enfants sont allés à l’école francophone, tu te dois de payer la taxe. Si la commission scolaire francophone gaspille trop, on changera les commissaires, [pas de commission scolaire]», indique le maire de Mayo, Normand Vachon. «On a un seul ministère de l’éducation, donc on devrait avoir un seul taux de taxation», a lancé un autre élu.

Ça devrait être [un taux] unique partout au Québec -Daniel Bock

Avec cette résolution, la MRC de Papineau demande ainsi la même chose que la CSCV, qui elle aussi prône un taux de taxation uniformisé entre les commissions scolaires. «On a fait beaucoup de bruit et on a de plus en plus d’appui», se réjouit le président de la CSCV, Éric Antoine, qui est heureux de pouvoir compter sur de nouveaux «alliés» dans ses démarches afin que le gouvernement agisse dans ce dossier. M. Antoine assure que la CSCV fait une bonne gestion de ses dépenses et que la hausse adoptée en juin est uniquement due à l’exode des contribuables. Depuis plusieurs mois, le président de la CSCV déplore cette situation qui est causée par le fait que les propriétaires fonciers n'ayant aucun enfant à l'école peuvent choisir de verser leur taxe à la commission scolaire de leur choix sur leur territoire. Si le gouvernement n’agit pas pour arrêter l’exode, M. Antoine prévoit que le taux de taxation de la CSCV va augmenter à 0,35 $ du 100 $ d’évaluation foncière l’an prochain.  

M. Antoine était présent au conseil des maires, en compagnie du directeur général de la CSCV Raymond Goudreau et du commissaire Raymond Ménard, dans l’optique de créer des liens avec les élus des municipalités. «Je sais que les relations avec la MRC n’ont pas toujours été roses. Il y a eu des ponts qui se sont peut-être effondrés. Je suis prêt à les rebâtir planche par planche avec vous», a mentionné M. Antoine lorsqu’il a pris la parole devant les élus de la MRC de Papineau. Les représentants de la CSCV sont venus «en mode écoute» avec une feuille blanche afin de noter les propositions et idées de projets à développer en partenariat. Certains élus de la MRC de Papineau ont proposé de promouvoir et de développer davantage les formations professionnelles afin d’éviter l’exode des jeunes qui s’en vont étudier ailleurs. Il a aussi été question que la CSCV travaille afin d’unir davantage les municipalités, de contrer le décrochage et d’encourager la persévérance scolaire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média