Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

01 mars 2017

Une semaine de relâche pas comme les autres pour 100 jeunes

©Photo TC Media- Jessy Laflamme

EXPÉRIENCE. Pour une première année, environ une centaine d'adolescents ont pu vivre trois jours d'activités à SAJO lors de la semaine de relâche.

Glissades sur tube, raquettes, films sur écrans géants et feux étaient au rendez-vous pour la plupart des jeunes âgés de 12 à 18 ans. Certains, du Corps de cadets, ont même dormi dehors dans des tentes. «Il faisait froid, on a gelé toute la nuit», indique Xavier qui a tout de même apprécié cette expérience.

Ces trois jours ont été organisés par SAJO, par l'entremise de BO2 qui a pour but d'organiser des activités pour les élèves des trois écoles secondaires de la Petite-Nation. Le Corprs des cadets de la Petite-Nation s'est greffé à eux.  «De mon côté, c'était des jeunes qui n'auraient rien fait pendant leur semaine si on ne leur avait pas offert cette opportunité, souligne la responsable de BO2, Lyne Thériault. Notre but était de les amuser et qu'il ne manque de rien.»  

Le son de cloche est semblable du côté des 23 cadets et des cinq adultes les accompagnant. D'ailleurs, plusieurs jeunes ont démontré de l'intérêt à s'inscrire comme cadets lors de ce séjour. «On est venu s'amuser et on voulait démontrer que les cadets, ce ne sont pas des soldats enfants, mais que c'est un programme avec plein d'activités pour avoir de meilleurs citoyens dans le futur», mentionne l'un des jeunes cadets participants, Shan.

Le responsable des cadets Joel Renaud a bien aimé voir les deux groupes de jeunes se côtoyer. «Les cadets sont arrivés le dimanche pour tout préparer. Le lundi, quand les autres adolescents sont arrivés, tu voyais la différence. Le lendemain, l'ambiance a changé et ils se sont mêlés ensemble», raconte-t-il.

Grâce aux cadets, tous les jeunes ont pu jouer à l'extérieur, car ils ont amené de l'équipement supplémentaire comme des bottes et des ensembles de neige pour pratiquement tout le monde.  «C'était notre but que les jeunes sortent dehors et lâchent les jeux vidéo et les ordinateurs. On voulait les occuper», précise Mme Thériault.

On voulait occuper les jeunes. -Lyne Thériault

Le plan a fonctionné et les jeunes en retiendront de beaux moments. Un groupe de quatre adolescentes de Louis-Joseph-Papineau, Sabrina, Laura, Juliette et Malaïka, ont profité de ce séjour pour faire de la tyrolienne, prendre des photos et même s'avancer dans un travail scolaire. Elles ont aussi apprécié concocter des petits cornets en sucre.

Du côté des cadets, dormir dehors, apprendre à faire différents feux à l'extérieur et apprendre à se laver sans douche ont été des moments marquants. «On faisait bouillir de l'eau et on se lavait avec des guenilles, c'est pas très agréable», affirme l'un d'entre eux.  

Selon le directeur général de SAJO, Yves Chaussé, ce séjour sera offert l'an prochain. «Ça répond vraiment à un besoin», a-t-il remarqué.  

L'idée d'organiser ce séjour lui est née grâce à une subvention disponible du ministère des Familles pour de nouveaux projets. «Nous ne l'avons pas eue finalement, mais nous avons décidé tout de même d'organiser l'événement pour les jeunes», explique M. Chaussé.

 La Banque alimentaire de la Petite-Nation et un agriculteur Pierre Robert ont aidé SAJO à nourrir les jeunes pendant ce séjour qui se terminait le mercredi après-midi.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média