Sections

Desjardins ferme son guichet automatique à Ripon


Publié le 6 décembre 2017

La Caisse Desjardins de la Petite-Nation a décidé de fermer son guichet automatique qui était situé dans la municipalité de Ripon.

©Photo TC Media - Archives

FERMETURE. Il n’est définitivement plus possible de retirer ou faire un dépôt d’argent aux services automatisés de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation, située à la Coopérative de Solidarité Place du Marché à Ripon.

Les représentants de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation ont décidé de fermer le guichet automatique, ce que déplore le conseil municipal qui se dit «extrêmement déçu» de cette décision. «C’est une très mauvaise nouvelle. J’ai l’impression qu’on nous abandonne», affirme le maire de Ripon, Luc Desjardins, qui explique que les Riponnais devront dorénavant se déplacer jusqu’à Saint-André-Avellin pour obtenir des services de la Caisse Desjardins. «Pour les personnes âgées, ça peut amener un problème», s’attriste-t-il. De son côté, la Caisse Desjardins de la Petite-Nation mentionne que le retrait du guichet automatique ne veut pas dire qu’elle abandonne Ripon. «On ne laisse pas tomber la municipalité», affirme le directeur général de la Caisse de la Petite-Nation, Roger Lafrenière.

Grâce à ses excédants, la Caisse de la Petite-Nation souligne qu’elle remet annuellement aux alentours de 650 000 $ à la communauté par le versement de ristournes, par le biais de Fonds d’aide au développement du milieu et par des commandites et dons. À Ripon, elle informe avoir donné des montants importants, notamment, à la Banque Alimentaire de la Petite-Nation et à l’Alliance alimentaire Papineau et qu’elle a participé à la mise sur pied de la Coopérative de Solidarité du Marché de la Petite-Nation et du CPE aux Mille Couleurs. «Il n’y a pas une autre institution financière, dans la Petite-Nation, qui redonne autant à la collectivité avec ses excédants», indique M. Lafrenière. «Pour pouvoir redonner à la collectivité, il faut prendre certaines décisions d’affaires qui peuvent être parfois difficiles à prendre», précise-t-il.

M. Lafrenière explique qu’en raison des nouveaux modes de transactions numériques, comme Accès D et les paiements en ligne ou via mobile, le guichet de Ripon représentait une perte d’environ 35 000 $ par année. L’utilisation de celui-ci par les membres de Desjardins a chuté de 40 % depuis son ouverture et aurait probablement chuté d’un autre 18 % en 2018, selon les projections de Desjardins. «Nos membres nous témoignent que le guichet n’est plus un outil pour réaliser leurs transactions bancaires à Ripon», fait-il remarquer en disant comprendre les mécontentements que peut occasionner cette fermeture pour certains résidents locaux. Cependant, devant le constat que le guichet est sous-utilisé et qu’il engendre des pertes, sa fermeture représente «une bonne décision d’affaires», selon lui.

Aussi, il précise que le guichet était brisé depuis deux mois en raison d’un accident. «Les gens avaient déjà commencé à se réajuster et à changer leur comportement», selon lui. M. Lafrenière estime que les Riponnais sont déjà nombreux à se rendre à Saint-André-Avellin ou à Chénéville,  où ils sortent de l’argent du guichet, pour faire leurs achats quotidiens. Le maire de Ripon reconnait que le guichet était brisé récemment. Cependant, ce n’est pas une raison de le fermer selon lui. «C’est une occasion qui a peut-être mis un peu plus de poids dans la balance pour fermer le guichet», regrette-t-il en spécifiant qu’il est dommage puisque la Coopérative de Solidarité Place du Marché avait déployé des efforts pour accélérer le processus de réparation.

Ce n’est pas en fermant des guichets que Desjardins va augmenter sa cote d’amour et inciter les gens à se joindre à la caisse.

Luc Desjardins

Avec la popularité des transactions bancaires en ligne, avec la carte, sur internet et via mobile, le maire de Ripon craint que d’autres guichets puissent fermer éventuellement dans d’autres petites municipalités. «Aujourd’hui c’est Ripon, demain ce sera quelle autre municipalité qui va subir ça?», se questionne-t-il. M. Lafrenière répond que l’ensemble des guichets de Desjardins devra être changé en 2018 dans la région pour les moderniser. «Nos guichets sont en fin de vie, donc on n’a pas le choix de les changer», fait-il savoir en ajoutant qu’il faut s’attendre à d’autres changements sur le territoire à venir. «Je peux rassurer les membres de la Petite-Nation en disant que le service de guichet, et j’ai bien dit le service, va demeurer à Chénéville. On constate que Chénéville, Saint-André-Avellin et Papineauville, ce sont des pôles de consommation où les gens se déplacent.»

Pour ce qui est de Ripon, la Caisse Desjardins de la Petite-Nation propose comme alternative à ses membres d’aller retirer de l’argent à L’Intermarché après avoir effectué un achat. «On va travailler avec L’Intermarché pour voir la faisabilité et aider à faire un facilitant pour que les membres qui veulent avoir de l’argent liquide puissent en retirer», promet M. Lafrenière. Pour ce qui est du conseil municipal de Ripon, il indique être à la recherche présentement d’alternatives afin d’offrir un service à ses citoyens pour pallier à la fermeture du guichet automatique de Desjardins.