Même son de cloche chez les autres vignobles

Publié le 13 novembre 2016

Les propriétaires du Domaine Mont-Vézeau essayent de trouver une relève pour leur entreprise.

©Photo TC Media- Archives

AGRICULTURE. «Il est difficile de comparer avec l'an dernier, car nous avions tout perdu. Cette année était toutefois exceptionnelle et ça ressemble à celle de 2012», affirme Linda Boulianne, copropriétaire du Domaine Mont-Vézeau de Ripon.

La saison a été excellente pour les trois cultures de ce vignoble, soit les raisins, les fraises et les framboises. Grâce à cette belle récolte, de nouveaux produits verront le jour, soit des gelées à partir du vin de fraises et du vin de framboises. Durant l'été, plusieurs produits dérivés comme des desserts et des confitures étaient en vente directement à la boutique.

Un autre projet de cette entreprise consiste à trouver de la relève pour prendre le flambeau. La fille des propriétaires a travaillé avec eux pendant une certaine période, mais elle n'est pas prête à reprendre le vignoble. Ainsi, Mme Boulianne et Jean-Pierre Foucault analysent actuellement différentes options qui s'offrent à eux.

Du côté du Domaine Ste-Angélique, les propriétaires, Geneviève Poulin et Nicholas Carrière, veulent planter un hectare de poiriers l'an prochain pour diversifier leur production. Actuellement, le couple entretient 8000 vignes. Il compte grimper ce chiffre à 12 000 au cours des prochaines années.

Grâce à la belle météo de cette année, les deux agriculteurs sont confiants de confectionner des produits de qualité, dont deux vins rouges, un vin blanc, un rosé et un vin blanc dessert au sirop d'érable. Ce produit est tellement populaire que le vignoble a écoulé sa production en fin de semaine au Salon de Noël de Papineauville. La nouvelle cuvée sortira au printemps. Le couple veut également, dans quelques années, produire un mousseux aux poires. «Peut-être un poirier de glace aussi éventuellement», affirme M. Carrière.

Ce vignoble a gagné une médaille de bronze dans un concours international le Finger Lakes aux États-Unis pour ses vins rouges.

C'était la plus belle saison jusqu'à maintenant. Nicholas Carrière

Pour sa part, le vignoble Du Clos Baillie se concentre surtout sur des cidres. Cette année, il a récolté 20 tonnes de pommes grâce aux 700 pommiers à Aylmer. Pour ce qui est du raisin, le fruit est plus beau à Aylmer qu'à Papineauville, affirme le propriétaire Raymond Huneault, car il a moins plu à Aylmer. Il ajoute toutefois que le raisin est tout de même d'une grande qualité dans la Petite-Nation et qu'il donnera de bons produits.

 «Notre vin blanc, celui qu'on a tiré de Papineauville, est très bien et le vin rouge à Aylmer est spécial cette année parce qu'il y avait la chaleur et c'était sec», explique-t-il.

Ce vignoble possède 1200 vignobles à Aylmer et 2000 sur le chemin De la rouge à Papineauville. «Il faut dire que ce n'est pas notre grosse production, on fait du vin, mais on fait surtout du cidre : un cidre rosé, un cidre à l'érable qui est vendu à la Société des alcools du Québec et le cidre de glace. Pour l'instant, on en a deux en rupture de stock, le cidre rosé et le cidre de glace. Il nous reste que le cidre à l'érable.»

Une nouvelle loi favorable pour les vignobles

Les vignobles avec qui TC Media a discuté ont tous l'intention de vendre leurs produits dans les épiceries et les dépanneurs aussitôt que la nouvelle loi le permettant sera mise en place. Pour l'instant, ils misent plutôt sur les marchés publics, les foires artisanales, leurs boutiques et les restaurants pour vendre leurs produits.