Sections

Le maire de Lochaber-Partie-Ouest sauve une vie


Publié le 24 août 2017

Le maire de Lochaber-Partie-Ouest, Jean-Pierre Girard, montre l’emplacement où était situé le véhicule enflammé.

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

ACCIDENT. Le maire Jean-Pierre Girard a sauvé la vie d’un homme d’une cinquantaine d’années prisonnier de son véhicule en feu, le 21 août, sur le rang 4 à Lochaber-Partie-Ouest.

Alors que Jean-Pierre Girard était en train de travailler dans son jardin, vers 14h40, un homme en panique s’est présenté chez lui en disant qu’une voiture était en feu dans à quelques mètres de sa résidence. L’inconnu était dans l’impossibilité d’intervenir, puisqu’il était visiblement sous le choc, mentionne  M. Girard. «Je lui ai demandé s’il était arrêté pour voir s’il y avait quelqu’un dans la voiture. Il m’a répondu que non, parce qu’il avait trop peur que ça saute», raconte le maire qui s’est alors empressé de téléphoner au 9-1-1 et de se rendre sur les lieux de l’accident avec sa voiture.

«En arrivant là, j’ai vu que le devant du moteur était en feu et les flammes sortaient déjà de plus de cinq pieds de la voiture qui était dans le fossé. Je ne voyais personne, mais j’ai décidé de lâcher un cri : Y a-t’il quelqu’un? J’ai entendu : Oui, je suis en train de suffoquer. Je ne suis pas capable de sortir et je manque d’air», lui a répondu un homme qui tentait d’ouvrir la porte de la voiture qui s’enflammait de plus en plus. «Il n’était pas capable d’ouvrir la porte, puisqu’elle retombait toujours sur lui», se remémore le maire qui n’a pas perdu une seconde pour sauter dans le fossé afin de secourir la victime.

Photo gracieuseté

«J’ai tenu sa porte et je l’ai aidé à sortir en le tirant par le collet, puisqu’il n’arrêtait pas de glisser», explique M. Girard qui a réussi à sortir le Gatinois de sa voiture. «Il reprenait son souffle et il n’arrêtait pas de me répéter : Tu m’as sauvé la vie. Tu m’as sauvé la vie. Tu m’as sauvé la vie. Je lui ai dit de laisser faire ça et qu’il fallait s’éloigner du véhicule parce que je croyais qu’il allait sauter», dit-il en spécifiant que les pompiers l’ont informé plus tard que la voiture n’aurait pas pu exploser. Cependant, l’homme aurait fort probablement perdu la vie, s’il était resté pris dans son véhicule quelques minutes de plus. «À l’arrivée des pompiers à 14h59, la voiture était en feu à 100 %. Je pense que si je n’étais pas intervenu, une ou deux minutes plus tard le gars serait mort», estime le maire qui souhaite que l’homme qu’il a sauvé s’en remette rapidement et sans trop de séquelles.

Je pense que si je n’étais pas intervenu, une ou deux minutes plus tard le gars serait mort.

Jean-Pierre Girard

«J’espère qu’un jour, si ça vient à m’arriver, mais on ne le souhaite pas, un bon samaritain va faire la même chose que j’ai faite», lance celui qui réalise avec du recul qu’il a risqué sa vie pour en sauver une autre. «C’est la première fois que ça m’arrive de sauver quelqu’un et j’espère que ça ne m’arrivera pas toutes les semaines. Ç’a l’air que ça t’arrive juste une fois dans ta vie. Je crois que je peux dire que j’ai au moins fait ma BA de l’année», conclut-il.