Sections

Puiser dans ses racines et la nature pour créer


Publié le 28 août 2017

Mélodie Coutou, lors de la création du «Mouton Flore» pour le Festival Twist de Saint-André-Avellin, il y a quelques semaines.

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

ARTS. L’artiste écologique de Saint-André-Avellin, Mélodie Coutou, sera l’une des sept créateurs qui démontreront leur savoir-faire, du 1er au 9 septembre dans l’aire de pique-nique Dollard-des-Ormeaux du parc national de Plaisance, dans le cadre du 3e Symposium d’art in situ ayant pour thème «Peuples des rivières». 

Un avant-goût de l'oeuvre "Carapaces du temps".
Photo gracieuseté

Lors de cet événement, organisé par le Centre d’action culturelle de la MRC de Papineau et la Municipalité de Plaisance, Mélodie Coutou, qui porte le surnom artistique La Ressourcière, s’inspirera de la tortue pour réaliser sa nouvelle œuvre qu’elle a intitulée : Carapace du temps. Ayant des racines autochtones, La Ressourcière aime puiser dans ses origines et s’inspirer des sciences naturelles pour créer. «Symbole sacré des Premières Nations, la tortue est à l'origine de la création de la Terre. La tortue me suit depuis que je suis toute petite. J'ai découvert que les Premières Nations ont interprété la carapace de tortue comme un calendrier. Les 13 écailles représentent les 13 lunes», explique-t-elle en précisant que son œuvre est une dossière en acier, bois et pierres. Elle ajoute que son œuvre représente un défi dans l’espace et le temps. «J'ai réalisé la structure en acier en atelier et pendant le Symposium, je vais travailler les écailles. Je vais utiliser la technique de carbonisation par le feu et de marquage au fer sur les écailles en cèdre. Et pour la première fois, je vais sertir des pierres que j'ai prises dans la carrière du Parc», raconte-t-elle.

Mélodie Coutou a réalisé le "Mouton Flore" qui est situé à l'entrée de la municipalité de Saint-André-Avellin.
Photo gracieuseté

 Ce n’est, cependant, pas la première fois que Mélodie Coutou ose de nouvelles techniques pour produire une œuvre. C’est à elle que l’on doit plusieurs œuvres visibles un peu partout dans la région, notamment «L’arbre en équilibre» situé devant la polyvalente Louis-Joseph Papineau, «Le vent tourne» devant l’École Ste-Famille à Thurso, «la Forêt de feu», la «Bombe» ainsi que sa récente création le «Mouton Flore» à Saint-André-Avellin. «Je pense que mes œuvres se reconnaissent à leurs lignes simples et à la complexité de réalisation. Les émotions qui nous arrivent et les réflexions qu'elles génèrent», fait savoir celle qui se dit privilégiée de participer au Symposium d’art in situ en compagnie de six autres artistes talentueux.

Le Symposium est un espace riche d'émotions et de travail intense.

Mélodie Coutou

"L'arbre en équilibre", situé à Papineauville, est l'une des réalisations de La Ressourcière.
Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

Lors du symposium, la Ressourcière sera entourée du sculpteur de Gatineau Mustapha Chadid, du sculpteur de Denholm Denis Marceau, de la céramiste et créatrice d’installations de Montréal Pascale Girardin, du sculpteur de Messines Donald Doiron, de la sculpteure de Montréal Josiane Saucier, et de l’artiste pluridisciplinaire de Montréal Marie-Ève G. Rabbath. Ces artistes légueront leurs créations aux citoyens et visiteurs de Plaisance qui pourront les contempler sur place. Un vernissage afin de dévoiler les œuvres achevées en présence des artistes aura lieu le 9 septembre dès 14h. À noter que des activités gratuites se greffent aussi au Symposium, dont la création d’une œuvre collective, le 4 septembre de 10h à midi au 275, rue Principale, sous la direction de l’artiste de Ripon Michelle Lemire. Une activité de découverte sur les Peuples des rivières du parc sera animée par un garde-parc naturaliste, le 6 septembre de 14h à 15h, dans l’aire de pique-nique Dollard-des-Ormeaux.