Sections

La Voix 6 à la recherche de talents musicaux


Publié le 10 août 2017

©Gracieuseté - Jorge camarotti

Si vous rêvez de suivre le parcours des artistes de la région qui ont tenté leur chance à La Voix au fil des années, les préauditions sont toujours en cours et les juges sont à l’œuvre pour dénicher la centaine de chanteurs qui auront la chance de passer aux auditions à l’aveugle.

Au fil des années, ils ont été nombreux de Gatineau à tenter leur chance aux auditions de La Voix et à faire leur chemin, que l’on pense à Renée Wilkin, Stéphanie St-Jean, Geneviève Leclerc ou l’Ottavienne Rebecca Noëlle, par exemple.

D’ailleurs, quelques instants avant l’entrevue, le juge aux préauditions Stéphane Laporte, en compagnie d’Esther Teman, raconte avoir eu l’occasion d’entendre une autre jeune gatinoise talentueuse.

«Le premier weekend a été très encourageant», lance-t-il au bout du fil. La première journée des préauditions à Montréal a en effet eu un record d’affluence dans toutes les années de La Voix. «Et il y a beaucoup de gens très talentueux», poursuit Stéphane Laporte.

Ce dernier estime que d’une année à l’autre l’effet boule de neige et la qualité des candidats qui passent à La Voix font en sorte que les artistes se sentent interpellés par l’émission, peu importe leur style musical.  «On l’a encore démontré cette saison», précise celui qui est aussi producteur associé.

Il cite en exemple la présence de Louis-Paul Gauvreau lors de la dernière saison. «Il a brisé les barrières face aux préjugés que certains avaient sur ce style de musique», note-t-il.

Déjà lors de la première journée, rap, hip-hop, pop, jazz, métal et de nombreux autres styles musicaux ont été entendus par les juges lors des préauditions. 

À sa sixième saison, le concept est encore populaire, croit Stéphane Laporte. «C’est le tremplin des carrières des artistes de chez nous. C’est important qu’il y aille une vitrine. Ça permet aux gens de découvrir des artistes qui sont dans l’ombre.»

Et au-delà des cinq gagnants des dernières saisons, le concept a fait plusieurs vainqueurs, poursuit M. Laporte, citant en exemple les Alexe Gaudreault, Charlotte Cardin et autres candidats qui ont fait leur chemin peu importe à quel moment ils ont terminé leur parcours à La Voix.

Rester soi-même

Si Stéphane Laporte a un seul conseil à donner aux candidats, c’est de rester soi-même. «C’est de choisir une chanson qui le représente le plus dans son intégrité musicale, qui représente le plus ce qu’on est», insiste-t-il.

Il ne faut surtout pas essayer de chanter ce que les juges peuvent aimer, enchaîne Stéphane Laporte. Il cite en exemple Stéphanie St-Jean, la gagnante de la quatrième saison de La Voix et gatinoise d’origine.

«Elle est venue auditionner pour les deux saisons avant», note-t-il. Mais plutôt que de chanter ce qu’elle chantait normalement en spectacle, elle a plutôt choisi un autre style. Ce n’est qu’à la troisième année qu’elle a décidé de chanter ce qu’elle aime, ce qui lui colle à la peau, raconte Stéphane Laporte. «On a été impressionné et touché par son interprétation.»

Il voit aussi en Stéphanie St-Jean un exemple de persévérance, elle qui a tenté sa chance à plus d’une reprise et qui a finalement gagné la saison 4 de La Voix. «Une audition, c’est un timing», rappelle-t-il.  

«Il ne faut surtout pas se décourager», conclut Stéphane Laporte.

Les auditions se poursuivent jusqu’au 13 août à Montréal, ainsi que les 19, 20, 26, 27 et 28 août, à Québec.