Sections

Un retard qui sauve une vie


Publié le 11 septembre 2017

Joffrey était heureux de rencontrer celui qui lui a sauvé la vie: André Prévost.

©TC Media - Pascal Laplante

Il y a de ces jours où il vaut mieux être en retard.

L'horaire d'André Prévost est habituellement réglé comme une horloge suisse. Mais par un beau dimanche, il a pris une douzaine de minutes de retard. Alors qu'il arrivait à un stop sur la rue Hôtel-de-Ville, il a aperçu de la fumée sortir d'une résidence. «Ma femme était partie pour garder notre petit-fils, alors je suis parti plus tard ce matin-là. C'était dimanche.»

«Cette année, j'ai fêté mes 18 ans. Si j'ai pu le faire, c'est grâce à lui.»

-Jeffrey Thomson Lafleur

Il était 7h06. M. Prévost, qui a œuvré comme pompier volontaire à Thurso une dizaine d'année entre 1987 et 1997, a stationné sa voiture sur le côté de la route et il est sorti rapidement de son véhicule. «La fumée sortait tout le tour, des corniches, du garage, et ça traversait le chemin complètement. Je ne pouvais pas ne pas le voir. J'ai appelé le 9-1-1. Ils m'ont dit de m'éloigner. »

André Prévost n'a pas écouté la recommandation du répartiteur. Il a décidé de faire le tour de la résidence et d'aller voir à l'intérieur, tout d'un coup qu'une personne s'y trouve. Son geste a sauvé une vie. Le Thursolien est entré, a crié et fait du bruit pour savoir si quelqu'un se trouvait à l'intérieur. Il a fait le tour de l'étage. Au sous-sol, Joffrey Thomson Lafleur dormait au sous-sol. Profondément au point où il n'avait pas entendu l'alarme.

Le député Alexandre Iracà, Joffrey Thomson Lafleur, André Prévost, le directeur du Service d'incendie Jacques Legault, le maire Benoît Lauzon étaient à la caserne pour l'hommage rendu à celui qui a sauvé une vie, par un dimanche matin.
TC Media - Pascal Laplante

«J'ai entendu des coups de pieds par terre et il criait et je me demandais c'était quoi et je me suis réveillé et j'ai vu la fumée, indique le jeune homme. Je n'ai pas pris le temps de m'habiller au complet, je suis sorti.» Joffrey voyait André pour la première fois, le 11 septembre 2017. Les deux se sont donné des accolades. Le trémolo à la voix, le jeune homme l'a remercié de lui permettre aujourd'hui de vivre: «Cette année, j'ai fêté mes 18 ans. Si j'ai pu le faire, c'est grâce à lui.»

Ce dernier souligne voir aujourd'hui l'importance de vivre chaque jour à fond.

Une médaille

Le citoyen de Thurso a reçu la médaille de l'Assemblée nationale des mains du député de Papineau, Alexandre Iracà, lors d'une cérémonie à l'hôtel-de-ville. Il s'agit du second Thursolien à mériter pareil honneur en cinq ans, rappelle le représentant provincial. «M. Prévost a fait preuve de courage et de détermination et a sauvé la vie de Jeffrey. Il est un héros et quand le maire m'en a parlé de ce qu'il avait fait, je me suis dit qu'il fallait absolument le reconnaître et le souligner. Il y a encore du bon monde et il en est la preuve.»

Le maire Benoît Lauzon a aussi profité de l'occasion pour remettre une plaque à M. Prévost et le féliciter d'avoir pu sauver la vie du jeune homme. André Prévost, qui a déjà été conseiller municipal de 1998 à 2009,  ne voulait pas d'hommage de cette ampleur, mais se dit surtout heureux qu'une vie soit sauve: «Je n'avais pas dit aux gens du 911 que j'y allais. C'est l'expérience de la vie. Fallait que j'aille, il y a quelque chose à l'intérieur qui me disait d'y aller. »