Sections

Distraction et vitesse encore présentes dans les chantiers de construction


Publié le 31 août 2017

Comment un automobiliste qui roule sur une autoroute peut emboutir un véhicule du ministère des Transports stationné avec ses gyrophares dans l'accotement dans une zone de construction ?

Le chef des opérations en monitoring et mesure d'urgence, Denis Thibodeau, se pose encore la question après avoir vu des situations semblables à de nombreuses reprises depuis des années, ayant même été lui-même victime d'un accident semblable.

Avec de nombreux chantiers routiers en cours ou sur le point d'être lancés, Transport Québec souhaite encore sensibiliser les automobilistes à l'importance de respecter les limites de vitesse dans les chantiers de construction.

Selon les statistiques, la distraction est responsable de 44% des accidents dans ces zones, alors que la vitesse et le fait de suivre de trop près comptent pour environ 20%  chacun. «Si les gens respectent la signalisation et respectent les limites de vitesse, ça va atténuer beaucoup les inconvénients», mentionne M. Thibodeau.

Outre le fait que les voies ne sont pas adaptées à une vitesse plus élevée, puisqu'elles sont moins larges ou temporaires, il y a aussi une question de réaction qui entre en ligne de compte. «Dans les zones de travaux, un automobiliste peut être surpris par une vitesse réduite pour permettre à un travailleur de quitter le chantier», explique Denis Thibodeau. En roulant trop vite ou trop près, il diminue son temps de réaction, ajoute-t-il.

Équipe

Les zones de construction sur les routes sont un compromise entre la nécessité de faire des travaux le plus rapidement possible pour améliorer l'infrastructure et la volonté de laisser de la place aux usagers, souligne le chef des opérations.

Mais pour avoir ce compromis, il faut aussi avoir un travail d'équipe avec les automobilistes pour assurer la sécurité de tout le monde, travailleurs et automobilistes, dans la zone, rappelle-t-il.

Les dommages importants ne sont pas les seuls qui doivent être considérés, indique M. Thibodeau. Dans plusieurs cas, les incidents qui se déroulent dans les zones de construction peuvent causer que des dommages matériels. Toutefois, ça cause quand même des impacts importants sur le réseau routier pour de nombreux automobilistes.