Réorganisation et ajout de personnel dans les CHSLD de l'Outaouais


Publié le 20 mars 2017

L'investissement de 2,8M$ annoncé au début du mois par le gouvernement du Québec dans les Centre d'hébergement en soins de longue durée (CHSLD) ira à l'ajout d'heures de travail pour desservir la clientèle.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a indiqué avoir ajouté 800 000$ de ses fonds en plus du financement du gouvernement pour procéder à la réorganisation des effectifs de ses 14 établissements.

L'organisme de santé se base sur les recommandations du professeur Philippe Voyer de la faculté des sciences infirmières de l'Université Laval, qui avait indiqué ce qui serait les meilleurs repères en soins gériatriques. Celui-ci avait alors indiqué que c'est le nombre d'infirmières qui a un impact le plus important sur la qualité des soins. Le CISSSO a tenté de suivre cette pratique.

Au total, 92 postes représentant 59,52 équivalent temps complet (ETC) sont créés. Pour ce faire, le CISSSO a aboli des postes non-comblés dans certains établissements et en ont déplacé d'autres pour en créer où les besoins sont plus importants.

«Dans notre réorganisation, on a tenté de frôler le 100%  des repères de Philippe Voyer, Judith Daoust, directrice du Soutien à l'autonomie pour les personnes âgées. Les nouvelles places, ce sont des ressources institutionnelles, ce ne sont pas des places de niveau CHLSD.»

Certains postes seront rehaussés. En tout, 66 personnes seront touchées pour un équivalent de 15 temps-complet au total. L'objectif avoué d'une telle mesure est principalement de garder une stabilité du personnel en place.

«On va rehausser le niveau de service, la qualité de service sur une base quotidienne. Ça va aussi favoriser une rétention de notre personnel en CHSLD», ajoute Mme Daoust.

Les repères

Les ratios de personnels suggérés par le chercheur Philippe Voyer fixent le nombre d'infirmière-chef d'équipe, d'infirmière auxiliaire et de préposés aux bénéficiaires par quart de travail de jour, de soir et de nuit.

Le  CISSSO s'est basée sur ces données fournies lors du Forum sur les meilleures pratiques en CHSLD en automne dernier pour en faire la pierre d'assise de sa réorganisation.

 

«Dans certains centres, on dépassait les repères de 1 à 10 usagers, là on revient à des ratios plus équilibrés suggérés par l'expertise de M. Voyer. La qualité de soins était là, mais certains délais d'intervention étaient plus longs et on travaillait souvent en équipe réduite.

Des efforts de recrutement ont été mis de l'avant par le CISSSO afin de recruter les cohortes de la formation professionnelle et de la formation collégiale et universitaire afin d'embaucher des ressources comme préposés aux bénéficiaires, infirmières auxiliaires et infirmières. Pour Mme Daoust, ces nouvelles mesures favoriseront le recrutement.

«On travaille avec les maisons d'enseignement. L'annonce arrive au bon moment et ça rend les 14 CHSLD plus attrayants car les gens préfèrent travailler dans d'autres disciplines en raison de la charge (de travail).»

Le principal corps d'emploi recherché est le travail de préposé aux bénéficiaires avec plus de 45 équivalents temps complet en ajout et en rehaussement, comparativement à 14,9 ETC pour les infirmières et 10,54 ETC pour les auxiliaires. Deux chefs d'unité de vie s'ajouteront en plus de 1,6 ETC pour des travailleurs sociaux.

Les ratios sont pratiquement tous atteints, à l'exception de celui d'infirmière auxiliaire pour un seul quart de travail dans la région. On explique que la situation était légèrement supérieure aux ratios suggérés dans les corps de profession ciblés.

«Dans certains cas, ils étaient même plus bas, parce que dans les CHSLD en milieu rural, nous avons l'obligation d'avoir une présence infirmière 24/7 alors que dans le milieu urbain, le volume fait en sorte que nous avons plus de personnel. Mais on atteint les ratios pour ce secteur», mentionne Mme Daoust.