Sections

Richard Parent retente sa chance à la mairie

Saint-André-Avellin


Publié le 2 octobre 2017

S’il est élu maire, Richard Parent s’engage à travailler en équipe et en harmonie avec les autres membres du conseil municipal.

©Photo TC Media - Archives

ÉLECTIONS. Un quatrième candidat a déposé sa candidature pour devenir maire de Saint-André-Avellin. Il s’agit de Richard Parent qui a été conseiller municipal de 2005 à 2013 et aussi candidat à la mairie aux élections de 2013.   

Villégiateur de 1993 à 2001 à Saint-André-Avellin et résident permanent de la municipalité par la suite, président de la fabrique, bénévole au CHSLD, membre des chevaliers de Colomb, ancien chef de division intérimaire des pompiers à la Ville de Gatineau, Richard Parent a eu un «flash», lorsqu’il s’est réveillé un matin, et s’est dit qu’il ne pouvait pas «priver» ses concitoyens de son « bagage de connaissances» et de ses «idées». C’est pourquoi il décide de retenter sa chance à la mairie afin «de servir pour permettre à tout le monde d’être heureux dans ce qu’il vit» à Saint-André-Avellin.

«Les citoyens ont le droit d’avoir un maire juste, dynamique et qui pense à eux. Je vais m’assurer que personne dans la municipalité ne soit oublié», s’engage M. Parent qui propose quelques idées afin d’être à l’écoute de ses concitoyens, notamment, de faire une tournée mensuelle en voiture pour aller à leur rencontre. «C’est le peuple qui va me dire quoi faire et je vais essayer d’être le meilleur maire pour eux», lance celui qui compte également inviter les citoyens à la préparation du budget. «Tous les nouveaux arrivants, je vais aller les accueillir personnellement chez eux et leur donner la pochette expliquant les services de la municipalité», ajoute celui qui aimerait voir plus de jeunes familles s’installer à Saint-André-Avellin.

Il aimerait aussi voir la population de Saint-André-Avellin dépasser le cap des 5000 habitants éventuellement. «Présentement on est un village, mais à 5000 on deviendrait une ville.» Pour ce faire, s’il est élu, il tentera d’attirer des commerces et des industries dans sa municipalité afin de créer des emplois de qualité. «Si on veut garder nos jeunes, il faut leur trouver de l’emploi. […] En gardant nos jeunes, ça va permettre d’avoir de nouvelles constructions et de stabiliser les taxes», croit M. Parent qui s’engage à investir dans l’amélioration des routes, promouvoir la construction de nouveaux projets résidentiels et équilibrer les finances de la municipalité. «Les gens de Saint-André-Avellin paient assez de taxes et je pense qu’il est temps de réajuster ça de façon raisonnable. Que les taxes augmentent selon le coût de la vie de 1,2 % c’est correct, mais pas plus que ça», estime-t-il.

Le rôle du maire ce n’est pas de rester dans son bureau, mais plutôt de voyager pour aller chercher des industries et faire connaître notre village en tant que métropole de la Petite-Nation.

Richard Parent

M. Parent se dit prêt à travailler fort pour aller chercher des subventions pour différents projets. «S’il faut que j’aille à Québec pour faire débloquer des choses, et ce même à mes frais, je vais le faire. Parce que c’est important, pour moi, que Saint-André-Avellin devienne le pôle central de la MRC de Papineau.» Il estime également que sa municipalité est aussi un «pôle culturel» et qu’il s’agit d’un atout important pour la région. «Il faut que les 24 municipalités de la MRC contribuent à l’essor de la culture dans la Petite-Nation», indique celui dont le fils est comédien et incarne le maire de Montréal dans la série Le Cheval Serpent. M. Parent assure qu’il fera tout en son possible pour promouvoir les activités et les festivals de son territoire afin d’attirer les touristes. «Je veux que Saint-André-Avellin, on en parle partout à travers le Québec et la Canada», souligne celui qui estime aussi que «les bénévoles sont le cœur de Saint-André-Avellin».

Rappelons que M. Parent est le quatrième à déposer sa candidature à la mairie, après Jean-René Carrière, Daniel Cooke et Yves Destroismaisons qui, eux aussi, avaient fait l’objet d’un article dans le journal La Petite-Nation afin de les présenter. Les électeurs sont invités à exercer leur droit de vote le 29 octobre par anticipation ou le 5 novembre lors du jour de scrutin.