Sections

Les citoyens de Lac-Simon demandent un référendum


Publié le 28 août 2017

Le conseil municipal de Lac-Simon devrait prendre une décision, le 8 septembre, concernant l’avenir du projet du «Carrefour communautaire».

©Photo - capture d'écran

REGISTRE. Un total de 277 citoyens se sont rendus à l’hôtel de ville, le 26 août, pour signer le registre demandant un scrutin référendaire sur le règlement 490-2017 décrétant l’emprunt de 1 878 649 $ pour la réalisation du projet de «Carrefour communautaire de Lac-Simon». 

Le nombre de demandes requis pour que le règlement fasse l’objet d’un scrutin référendaire était de 247, donc référendum il y aura à moins que la municipalité décide d’abandonner le projet. «On va laisser tomber la poussière. Il va y avoir une rencontre entre les conseillers et une décision va être prise lors du prochain conseil le 8 septembre pour décider si on laisse tomber le projet ou si on va en référendum», informe le maire de Lac-Simon Jacques Maillé. «Il y a eu 277 signataires, donc il va falloir en tenir compte», assure-t-il en précisant que l’ensemble du conseil va se pencher sur le dossier. Selon le maire, les conseillères Chantal Crête et Odette Hébert ont un rôle à jouer dans le fait qu’autant de citoyens sont venus signer le registre. «Je pense que Mme Crête et Mme Hébert on fait beaucoup de porte-à-porte et de téléphones pour demander aux gens d’aller signer. Je pense que ç’a eu une conséquence à l’effet que les gens sont davantage venus signer», croit-il.

La veille du registre, les deux conseillères avaient envoyé une lettre au journal La Petite-Nation afin d’inviter la population à signer le registre. Mme Crête et Mme Hébert estiment qu’il était tout à fait normal de le faire pour «faire valoir l’autre côté de la médaille» et non juste la position de l’Équipe Maillé qui avait été davantage diffusée au sein de la municipalité. «La seule chose qu’on a faite, c’est qu’on a envoyé une lettre pour rappeler aux gens la tenue du registre dans laquelle on a mis des faits et notre position», assure Mme Hébert. «Je pense qu’en politique la démocratie c’est de pouvoir exprimer notre position. Les citoyens sont intelligents et capables de lire les deux versions et de prendre leur propre décision», indique Mme Crête en spécifiant que plusieurs citoyens leur avaient fait part de leur mécontentement concernant le projet du «Carrefour communautaire de Lac-Simon».

Il y a eu 277 signataires, donc il va falloir en tenir compte.

Jacques Maillé

«Je pense que la population s’est exprimée clairement à l’égard d’un projet que je pense qu’il considère un peu trop ambitieux pour la population qu’on est», exprime Mme Crête. «C’est vraiment la population qui s’est levée et on a été très surprises, car je pensais qu’on aurait peut-être une centaine de signatures», ajoute Mme Hébert. Les deux conseillères précisent ne pas être contre l’idée d’avoir un nouvel hôtel de ville à Lac-Simon. Elles aimeraient, cependant, que la municipalité s’accorde un peu plus de temps pour élaborer un projet qui soit mieux adapté aux besoins et à la capacité de payer des contribuables.