Mine Back : les délais inquiètent les citoyens

Publié le 20 avril 2017

Le dynamitage de la mine n'est plus une option.

©Photo TC Media – Louis-Charles Poulin

SÉCURISATION. Les délais pour mettre en place le plan de sécurisation de la mine Wallingford-Back inquiètent les citoyens de Mulgrave-et-Derry qui craignent revivre la même situation que l'an dernier.

Le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles (MERN) a présenté son plan, le 20 avril, aux voisins de la mine, aux membres de la table forêt ainsi qu'aux Amis de la mine Back.

Pourquoi ce serait aux citoyens de Mulgrave-et-Derry de payer pour de la sécurité alors que le problème se situe sur une terre publique?

-Isabelle Cusson  

Bien que satisfaits que le site ne soit dorénavant plus accessible à la population, les citoyens et la municipalité craignent que les visiteurs soient tout de même au rendez-vous cet été, car les remblais et barrières métalliques prévus sur le plan du MERN seront installés seulement au courant de la période estivale.

«Nous devons respecter certains délais au niveau des appels d'offres et on doit faire faire des barrières sur mesure, ce qui demande un peu de temps», ont expliqué les représentants du MERN lors de la présentation.

Des citoyens ont suggéré que des affiches mentionnant que l'accès à la mine est interdit soient installées plus vite que les barrières et remblais. La MERN a répondu que leurs affiches étaient souvent la cible de vandales.

Outre les barrières métalliques et les remblais, le MERN propose aussi de créer des tranchées dans le chemin afin que les véhicules ne puissent plus se rendre à la proximité du site.

Les trois accès à la mine seront donc barricadés. Pour ce qui est de l'ouverture en hauteur, des clôtures seront solidifiées pour empêcher que quelqu'un saute dans la mine, car il ne pourra plus en sortir.

Une rencontre est prévue prochainement entre le ministère des Transports du Québec, la MRC de Papineau, le MERN et la Sûreté du Québec pour analyser comment il est possible d'intervenir pour sécuriser l'endroit avant que les travaux soient effectués.
Les citoyens présents craignent de voir leur rue encore bloquée par les voitures de visiteurs et de retrouver plein de déchets partout sur le site.

L'an dernier, la municipalité de Mulgrave-et-Derry a payé un gardien sept jours sur sept pour gérer la situation. «Pourquoi ce serait aux citoyens de Mulgrave-et-Derry de payer pour de la sécurité alors que le problème se situe sur une terre publique», a questionné la directrice générale de cette municipalité, Isabelle Cusson.

La collaboration de la Sûreté du Québec a été demandée l'an dernier. Ce sera encore le cas cette année. «La SQ fait bien son travail, mais elle est limitée au niveau de son personnel et si les policiers reçoivent un appel pour un accident sur la route 309, ils vont quitter la mine et c'est normal», a mentionné Mme Cusson.

Ces différents points seront discutés lors de la rencontre entre les différents partenaires qui devrait se tenir prochainement.