La Congrégation Sainte-Croix veut annuler la vente du Domaine des pères

Publié le 18 janvier 2017

La Congrégation veut reprendre possession de la propriété.

©Photo TC Media- Archives

ÉCONOMIE. Il serait surprenant que le projet Manitou prenne vie au Domaine des pères à Lac-Simon puisque la Congrégation Sainte-Croix veut faire annuler la vente pour plusieurs raisons, dont celle que le nouveau propriétaire n'a jamais payé les intérêts à temps.

Il est stipulé dans le contrat de vente que l'acquéreur, soit la compagnie à numéro 9295-2985 au nom de Alexandre Desprès, paye 44 000 $ en intérêts le 20 septembre 2016. Or, la Congrégation n'a jamais reçu cette somme.

La compagnie à numéro n'a également pas payé les taxes municipales et les taxes scolaires. Le nouveau propriétaire de ce site doit aussi une somme de 17 000 $ à Hydro-Québec et a omis de maintenir contre l'immeuble les couvertures assurances appropriées.

Pour toutes ces raisons, la Congrégation a déposé une demande introductive en délaissement forcé et en résolution de la vente d'un immeuble au tribunal. Elle attend maintenant un jugement lui permettant de faire annuler la vente.

«On veut reprendre la propriété et après ça, on verra ce qu'on fait avec», précise le directeur administratif de la Province canadienne de la Congrégation de Sainte-Croix, Robert Bélanger. 

Le Domaine des Pères, qui figure au Répertoire du patrimoine culturel du Québec,  avait été vendu en mars 2014 pour la somme de 2,5 millions $. Une somme de 300 000 $ avait été payée immédiatement.

En mai dernier, le courtier immobilier Luc Poupart agissait en tant que porte-parole des propriétaires de l'endroit pour présenter le projet Manitou qui créerait 50 emplois au Domaine des pères. À cette même époque,  le bureau d'avocat Lapointe-Beaulieu avait confirmé que le solde en taxes impayées à la municipalité de Lac-Simon par la société de la famille Després, 9295-2985 Québec inc., pour le Domaine des pères, ainsi que pour l'ancien Bar l'Aventure, propriété d'Alexandre Després avait été payé officiellement, au courant de la semaine. Au total, les sommes dues s'élevaient à près 106 000$ pour les «taxes de Bienvenue», les taxes foncières 2014-2015-2016 ainsi que les intérêts et pénalités.

Le Manitou, qui consistait à un complexe hôtelier où l'on retrouve 20 chambres conventionnelles ainsi que 80 chambres en cabane, devait ouvrir ses portes en 2017. Toutefois, M. Poupart a maintenant peu de détails à donner concernant ce projet. «Les propriétaires sont toujours à la recherche d'investissement», indique-t-il.

Le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé, a aussi peu d'informations concernant le Manitou.  «Nous avons émis des permis pour rénover l'endroit l'été dernier, mais rien n'a été fait», précise-t-il.