Chaîne humaine à Saint-André-Avellin

Jessy Laflamme jessy.laflamme@tc.tc
Publié le 1 octobre 2015

ÉDUCATION. Pour la première fois dans la Petite-Nation, des parents ont réalisé une chaîne humaine aux écoles Providence et J.-M.-Robert de Saint-André-Avellin, ce matin, pour soutenir leur école publique.

«Nous voulons dénoncer les coupures et soutenir les enseignants dans leurs négociations en ce qui a trait notamment à l'abolition des cotes d'élèves et l'augmentation d'élèves dans les classes», a mentionné le commissaire parent, Daniel Cooke, responsable de cette mobilisation.

 

Il déplore notamment les coupures de plus de 50 % du programme de stratégie d'intervention agir autrement (SIAA) dans les écoles défavorisées de la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées. «Ce programme nous permettait d'aller chercher des ressources pour nos élèves. Par exemple, si nous avions 18h d'orthopédagogue, mais que nous en avions besoin de 24h, nous pouvions prendre cet argent pour payer les 6h manquants», a-t-il expliqué.

Pour ce qui est des enseignants, il croit que l'abolition des cotes permettant de cibler les élèves en difficulté alourdira la tâche des enseignants. «Ces élèves ont besoin de soutien et de ressources pour réussir, a-t-il spécifié. Si on leur enlève, ce sera à l'enseignant de s'en occuper, ce qui lui enlèvera du temps pour le restant de la classe. Ainsi, toute la classe sera affectée.»

 

Plusieurs écoles ont effectué des chaînes humaines aujourd'hui pour soutenir l'école publique.